Château Quintus

EN / FR



Actualités

Le Dragon de Quintus

30/4/2015
Le Dragon de Quintus, emblème magique de ce vignoble exceptionnel et nom du second vin de Château Quintus, s’incarne sous la forme d’une statue à la fois impressionnante et majestueuse, telle la figure mythologique du Dragon, désormais installée à l’emplacement même de l’ancienne Tour de Guet qui était jadis érigée sur le site de Quintus.C’est bien la situation si privilégiée de la propriété sur ce promontoire, ainsi que l’histoire de la tour de guet et de sa mission de défense du village de Saint-Emilion, qui ont inspiré le nom du vignoble. C’est aussi la certitude d’avoir trouvé sur le site de Quintus un terroir prodigieux, un véritable trésor à protéger.

Les mythes occidentaux décrivent en effet le Dragon comme un être très intelligent, un protecteur doué d’une formidable vision. Un gardien protecteur d’un terroir fabuleux, surveillant un panorama qui s’étend à perte de vue : c’est donc ce symbole, ancré dans l’histoire de la propriété, qui a été retenu pour symboliser Château Quintus et baptiser le second vin. Et c’est aujourd’hui ce symbole qui vient s’édifier au cœur de la propriété, comme s’il retrouvait sa place originelle…

Pensé par le Prince Robert de Luxembourg, Président de Quintus SAS et de Domaine Clarence Dillon, réalisé par le grand sculpteur animalier, Mark Coreth, le Dragon de Quintus s’est posé du ciel de Saint-Emilion pour veiller à tout jamais sur la destinée de la propriété. L’emblème de Quintus rappelle aussi un autre animal héraldique cher à Saint-Emilion, celui qui orne le blason du village : un léopard d’or tenant un glaive d’argent.

Près de 4 années ont été nécessaires pour donner vie à ce Dragon, dont les dimensions en font certainement l’un des plus grands de sa catégorie : 4m50 de haut, plus de 6m d’envergure et près de 3m de long, pour un poids de 2 tonnes. La fonderie HVH, située dans le petit village de Horni Kalna, en Bohème orientale a utilisé la technique du moulage à cire perdue pour le réaliser. Pour la taille, la forme et la position de ses ailes, Mark Coreth s’est servi de son expérience de pilote pour les penser comme de véritables engins volants.
S’il n’était de bronze, le Dragon de Quintus pourrait s’envoler.

Selon l’artiste :
« La création du dragon pour Quintus représente une aventure de plus de quatre ans, qui a commencé doucement avec des idées et des croquis, puis s’est développée jusqu’à l’achèvement de la sculpture. Le dragon n’a pas été conçu à partir d’une image ou d’une tradition existante, mais d’après mon imagination et celle de Prince Robert. J’ai largement utilisé mes expériences acquises au cours de mes voyages et de mes sculptures de la faune sauvage, et les ai réunis en une seule création. »